Logo Gabonews
  EDUCATION  

DELINQUENCE JUVENILE/Zagalo sème la terreur au Lycée Bessieux

Le proviseur Célestin Nguema Oyame poursuivra sa lutte pour le maintien de la discipline au lycée Bessieux.

8 février 2018 - 06:21

Les enseignants du Lycée Bessieux ont observé un mouvement d’humeur de deux jours, suite à la menace de mort planant sur le censeur de la vie scolaire.

La réputation d’exemplarité dont jouissait le lycée Bessieux semble s’effriter. Les événements qui s’y déroulent ces dernières années engloutissent de plus en plus la belle image qui ornait l’établissement. La violence scolaire qui n’épargne plus aucune école, viole désormais les règles des structures scolaires catholiques.
Le tract de Zagalo menace de mettre un terme à la vie du censeur.
Après plusieurs cas de détention et de consommation de drogue dont du chanvre au sein de l’établissement, en janvier dernier, deux conseils de discipline successifs ont exclu cinq élèves définitivement et sept autres pour quinze jours. A la suite de ces renvois, un tract a été glissé sous la porte du bureau du censeur de la vie scolaire : « MADAME MEZUIE, SI VOUS CONTINUEZ A NOUS EXCLURE, VOUS ALLEZ MOURIR. CONTINUEZ VOUS ALLEZ VOIR. AVERTISSEMENT », et plus bas sur le même papier en petit caractère : « Suis déjà exclu, mais je vais venger mes frères qui sont encore là-bas avec vous », le document est signé de Zagalo.

Pris de peur, et par solidarité mais surtout pour ramener la discipline dans ce lieu d’apprentissage, les enseignants ont observé un mouvement d’humeur les 6 et 7 février.

Les élèves étant en vacances intermédiaires, les cours reprendront lundi prochain. Célestin Nguema Oyame, le proviseur, ne compte pas céder à la menace. Les sanctions et les mesures de sécurités se poursuivront jusqu’à éradication complète de la violence et de la drogue dans son école. Il affirme être prêt à solliciter l’intervention des forces de l’ordre.

Classé parmi les meilleurs établissements scolaires du Gabon, l’ancien Collège Bessieux a reçu dans ses classes plusieurs gabonais devenus de hauts cadres du pays. La montée de la violence en milieu scolaire et la consommation de la drogue freinent la progression du niveau scolaire dans la plupart des lycées et collèges.

GMN.